Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 08:00
Comment parler de philosophie à des lecteurs de BD ? Pas évident, sauf quand on s'appelle Alan Moore.

Un des plus grands auteurs de BD britannique, il a commis quelques chefs d'oeuvre : Watchmen, V pour Vendetta, From Hell. Certaines ont connu des adaptations cinématographiques au succès artistique divers (qui a dit "La ligue des gentlemens extraordinaires"), aucune ne rendant réellement hommage à la richesse des oeuvres originales.

Certaines de ses oeuvres, comme les Watchmen, sont parcourues de reflexions sur son medium d'expression, le comics. Ici, il en fait le thème principal de l'histoire.

Promethea - Alan Moore, J.H. Williams III (3 tomes)
Ed. Semic

promethea 1Sophie Bangs est étudiante en littérature. Pour son mémoire, elle décide de s'intéresser à une figure récurrente de la littérature populaire, Promethea. Héroïne de différentes oeuvres, romans, pulps, comics, elle semble parcourir les siècles depuis la plus lointaine antiquité.
Recherchant la dernière auteur(e) ayant traité du personnage, Sophie s'aperçoit que son interlocutrice incarne réellement Promethea. Elle découvre alors Immateria, le monde des idées, dans lequel vivent tous nos rêves, tous nos fantasmes, tous les personnages imaginaires. Pour accéder à ce monde, il suffit de le vouloir assez fort, et de "créer" à son tour une oeuvre d'imagination.
Sophie va peu à peu devenir la nouvelle Promethea, même si certains ne l'entendent pas de cette oreille et semblent prêt à tout pour l'en empêcher.


Promethea traite donc de l'imagination et de la création littéraire. Bien sur, il s'agit avant tout d'un comic, Et Alan Moore enrôbe son propos dans une histoire de super-héroïne dont l'acoutrement fait penser à un autre célèbre déesse de bande dessinée américaine. Il situe son histoire dans des états-unis de science fiction, où les voitures volent, en y rajoutant un peu d'action histoire de fournir un terrain "connu" à ses lecteurs, mais qu'on ne s'y trompe pas, tout cela ne reste qu'un prétexte pour aborder des sujets plus "sérieux".

promethea-2De la parution en fascicules mensuels, on garde un traitement parfois un peu décousu, dans lequel perdure la trame de fond, mais qui induit parfois des coupures au milieu des albums. Adaptation au format "recueil", plus commun chez nous, oblige.

Le premier tome sert d'introduction et de présentation du personnage, d'Immateria, des enjeux servant de "support" à l'histoire (le "temple", qui veut empêcher Sophie de devenir Promethea).

Le deuxième tome présente un peu plus en profondeur les autres incarnations de Promethea. Il est le plus fluide des trois, avec une structure et une progression plus classique.

Le troisième tome part dans une direction un peu différente, s'intéressant à la magie et aux tarots. Alan Moore introduit même des allusions directes à Aleister Crowley qu'il a étudié à une époque où il voulait arréter l'écriture pour devenir magicien.
Dans sa visite guidée de l'occultisme, il oublie carrément son histoire pendant une bonne moitié de l'album, devenant très didactique. Intéressant, mais très surprenant.

Alan Moore sait toujours trouver le dessinateur qu'il faut, pour chacune de ses oeuvres. Là, encore une fois, il choisit de travailler avec quelqu'un qui possède un style très particulier, mais qui s'adapte parfaitement au sujet et à son traitement.

promethea-3Coloré, foisonnant, le dessin de J.H. Williams III se révèle tout aussi "expérimental" que son sujet, avec des cases qui s'orientent un peu dans tous les sens, des personnages et arrières plans qui "brisent" les barrières de ces cases et se répandent réellement partout donnant des pages riches et destructurées (les couvertures des tomes 2 et 3 en donnent un bon aperçu). Le terme "destructuré" est d'ailleurs faux, tant chaque page semble justement pensée, réfléchie, construite pour coller précisément au texte. La destructuration se comprend donc par rapport au format "classique" de la BD...

J.H. Williams III partage entièrement la reflexion d'Alan Moore sur son medium et le moyen d'en dépasser les limites. Et le résultat est passionnant même s'il faudra plusieurs lectures pour apprécier la richesse et l'énorme complexité de chaque page.

On le voit, on n'a pas affaire à une oeuvre ordinaire. S'il garde quelques allusions aux super-héros, thème sur lequel il a travaillé chez DC Comics (Batman, Superman) entre autre, Alan Moore s'en sert surtout de prétexte pour des reflexions parfois décousues sur ses centres d'intérêts.
Une oeuvre exigeante qui mérite une attention particulière, et qui nécessite éventuellement de connaitre quelques publications précédentes de l'auteur (une lecture des Watchmen est conseillée), afin de s'intéresser à son questionnement très personnel.

A noter que ces 3 volumes sont parus en français chez Semic, éditeur actuellement en sommeil, et peuvent être difficiles à trouver. Panini Comics a récupéré les droits, et s'apprète à sortir le tome 4, mais sans donner de précisions sur une éventuelle réédition des premiers tomes.


Scénario : Alan Moore
Dessin : J.H. Williams III
Couverture : J.H. Williams III

Edition française : Semic
Edition originale : DC Comics, sous le label ABC

Tome 1 :
Numéros 1 à 4 de la série originale - 112 pages.
Référence : B221-01
ISBN : 978-2914082211

Tome 2 :
Numéros 5 à 8 de la série originale - 112 pages.
Référence : B250-02
ISBN : 978-2914082501

Tome 3 :
Numéros 9 à 12 de la série originale - 112 pages.
Référence : B271-03
ISBN : 978-2914082716

Partager cet article

Repost 0

commentaires