Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 00:00


Style : Doom gothic metal.


Rune Ericksen (aka "Blasphemer", guitariste de Mayhem) avait surpris lors de la sortie du premier album de son projet Ava inferi, dans un registre inattendu assez éloigné de ses premières amours.

Après avoir stagné une dizaine d'année, le projet s'est relancé lors de l'installation d'Ericksen au Portugal, et semble aujourd'hui en pleine forme comme en témoigne la sortie de "The Silouhette" moins de deux ans après "Burdens".

Ava inferi propose toujours un doom/gothique de bonne facture, personnel et original. Ne fuyez pas à l'annonce de ce style battu et rebattu, l'album ici proposé n'entretient qu'un rapport très lointain avec les groupes à succès pour adolescent(e)s apprenti-suicidaires. Point de mélodie facile, encore moins de dérive pop.
Si l'on retrouve les ingrédients de base du style, rythmes lents, chant féminin, ambiances mélancoliques, c'est au service d'une écriture musicale pas toujours simple à appréhender.

"The Silouhette" reste avant tout un album de guitariste, dévoilant ses qualités au fil des écoutes. Les nuances de jeu, de sons, d'ambiances, distillées au long de ces 9 morceaux n'ont rien de tape à l'oeil. Si Rune Ericksen ne joue pas les guitar-hero, l'écriture de ses morceaux tourne quand même autour de son instrument, largement mis en avant. Son jeu, lent, minimaliste, ne s'adresse pas aux amateurs de vitesse, de puissance, on est bien dans un doom retenu, posé. Loin de toute facilité, de toute esbrouffe.

Deuxième pilier essentiel d'Ava Inferi, la voix de Carmen Simoes, lumineuse, sorte de contrepoint aux guitares lourdes et pesantes. Tantôt aigüe -presque lyrique-, parfois plus introspective, elle sait aussi s'effacer aux profit de passages instrumentaux. Le chant est bien maitrisé, s'offrant même un passage a Cappela histoire de mettre tout le monde d'accord.

Des influences doom, Ava Inferi garde également une rythmique lente, pesante, qui n'empêche pas un jeu de batterie varié et intéressant. S'y rajoutent quelques notes de piano, petite touche triste bienvenue.

"The Silouhette" s'adresse donc aux amateurs exigeants, qui ne recherchent pas la violence, la rapidité, ni des mélodies faciles et catchy. Ces restrictions posées, les quelques lecteurs qui se seront reconnu dans ce profil trouveront là un bel album, à la durée de vie supèrieur à la moyenne des gotheries à chanteuse habituelles.

 

Site officiel du groupe
Page Myspace du groupe
Article sur wikipedia (en) 

Partager cet article

Repost 0

commentaires