Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 00:00


Style : Guitar hero. 

Exercice difficile qu’un album instrumental de guitariste, la tentation est forte de n’y voir que l’expression d’un ego démesuré -au mieux-, au pire un étalage de technique certes impressionnant mais à l’intérêt limité pour l’auditeur. Si on a tous un petit Satriani et/ou un Steve Vai qui traîne au fond de la discothèque (ah non, pas vous ?), force est de constater que ce genre d’objets intéresse plutôt les pratiquants de l’instruments ou les frustrés de la 6 cordes. (7 cordes ici en l’occurrence).

Voici donc le deuxième album solo du guitariste ibère, après « Paradise Lost » en 2003. Et toujours dans la veine "guitar hero" facile d’accès. Plutôt Satriani qu'un Steve Vai souvent abscons, pour rester dans l'analogie précédente.
Mélodique donc, accessible mais avec toute la technique que l’on attend d’un tel album. Les cascades de notes sont bien là, impressionnantes, parfaitement exécutées. Le sieur Valdes se permet en outre de tenir la basse et les claviers, le bonhomme est agaçant. Basse et claviers relativement discrets d’ailleurs, en soutien d’une guitare toujours très en avant, comme en figuration. Chassez le naturel…
Ceci dit, ce n’est pas une mauvaise idée, tant les sons de claviers sonnent «cheap».
La batterie de Ferran Roch tire (un peu) mieux son épingle du jeu. Coincé dans un mid-tempo plus proche du rock que d’un metal bon teint, elle assure le soutien minimum pour l’exercice.

Quand aux influences égyptiennes que l’on pourrait attendre au vu du titre de l’opus, on les cherche encore. Pas la moindre trace d’instruments ou de mélodie orientale, les amateurs attendront la sortie du nouvel Orphaned Land prévue bientôt.
Serait-ce à dire que le minimum d’originalité n’est pas au rendez-vous ? Hmmm. Il y a bien la reprise de la bourrée de J.S Bach, quand même. Oui mais voilà, réalisée avec des sons "à l’ancienne" (guitare en son clair et clavier au –mauvais- son de clavecin), on reste dans le pur cliché, sans logique par rapport au reste de l’album, elle fait là aussi office de gadget, d’effet de style. On aurait aimé une interprétation mixant les autres influences de l’album : un peu de guitare saturée aurait été plus intéressante. Un détail ? Certes, mais qui résume bien la démarche (ou plutôt son absence) de cet album. Un petit manque de vision, d’ambition peut-être.

Malgré ces petits réserves, l’écoute de cet album se révèle plutôt agréable. Sans surprise, mais sans réelle déception non plus. Un produit standard, qui comble l’attente pourvu qu’on n’en attende pas trop.



Note Générale : 6,5 / 10
Production : 4 / 6 - Cover : 4 / 6 - Composition : 4 / 6


Site officiel du groupe
Page Myspace du groupe

Partager cet article

Repost 0

commentaires