Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 00:00


Style : Pagan metal.

 

Est-il encore possible d’ignorer Cruachan, l’un des piliers de la scène Pagan. Régulièrement, les irlandais nous livrent leur mélange varié de Pagan metal et de folk celtique, aux différences finalement assez minimes. Que dire donc, si ce n’est que ce Morrigan’s Call ne déçoit ni ne surprend réellement. On est en terrain connu, dans la continuité des précédents albums. Mais après tout pourquoi bouder son plaisir, on ne peut pas réinventer la musique tous les quatre matins.

La voix féminine occupe toujours une place majeure, secondée de temps en temps par une voix masculine légèrement écorchée frôlant le metal extrême sans réellement y tomber. Le timbre particulier de Karen Gilligan a au moins le bon goût d’éviter les clichés des groupes à chanteuses lyriques. Voix claire, mais qui se sait se faire plus agressive, avec ce petit grain qui fleure bon la campagne irlandaise.
Violon et flûte (meilleure que sur les premiers opus) assurent la partie celtique de la mixture, se posant sur des riffs de guitares bien lourds. Tout au plus pourrait-on noter une certaine atténuation du caractère granuleux des distorsions, pour un son finalement moins agressif, en nappes nettement plus douces (plus heavy que réellement extrême). Cela pourrait-il permettre de séduire un public plus large ? A voir…

Les instruments traditionnels sont donc toujours très présents (avec l’ajout ici ou là de toujours classiques banjo, bouzouki et harpe celtique), bref « business as usual » : le son reste très typé folk, avec évidemment une couleur irlandaise très marquée. La musique de Cruachan est clairement identifiée, ce qui paraît finalement salutaire pour un style qui revendique le retour à ses racines !

Des morceaux sombres marqués metal aux hymnes folks nettement plus guillerets en passant par l’interlude purement acoustique, on retrouve le panel habituel et attendu. Tout ça jouant sur les nuances, la musique de Cruachan ayant réussi une belle fusion des deux styles en évitant la superposition artificielle Metal et Folk de certains de leurs concurrents.
A chaque opus également sa reprise metallique d’un air traditionnel, « The devil is dead » hier, « the wild rover » aujourd’hui, qui donne toujours l’impression de se retrouver l’espace d’un instant dans un pub de Dublin. Alors évidemment, les grincheux rétorqueront que ça tourne à la recette sagement appliquée. Impossible de le nier.
De certaines mélodies à certains riffs de guitare en passant par le phrasé du chant, l’impression revient souvent d’avoir déjà entendu ça dans un précédent album. Cruachan possède son style, fort, assumé, et ne cherche pas forcément à se réinventer. Les influences s’imbriquent naturellement dans des compositions à la fois variées et vivantes, mais qui peuvent sembler manquer de différences pour peu qu’on adhère peu à l’alchimie de ce folk-metal très personnel. Le prix à payer pour un caractère affirmé et revendiqué.
Admettons et savourons, ou allons voir ailleurs : il y a suffisamment d’autres artistes pour trouver la variété souhaitée.

La continuité donc pour nos irlandais préférés (?), avec éventuellement une production un peu « lissée » par rapport aux précédents, qui séduira les auditeurs plus spécifiquement attirés par le coté « folk » de la scène Pagan : amateurs d’Eluveitie ou de Tuatha De Dannan qui, par un hasard inexplicable, ne connaîtraient pas Cruachan, jetez une oreille sur ce Morrigan’s call , tirée d’une cuvée tout à fait honorable à défaut d’être originale...

 

Note Générale : 7,5 / 10
Production : 5 / 6 - Cover : 5 / 6 - Composition : 4 / 6


Site officiel du groupe
Page Myspace du groupe
Article sur wikipedia (en) 

Partager cet article

Repost 0

commentaires