Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 05:09


Style : Folklore medieval. 

Depuis qu’il s’est reconverti en ménestrel, Ritchie Blackmore nous livre à intervalles réguliers sa dose de chansons pop-rock médiévalisantes (ou plutôt « renaissance » pour être précis, merci Ophanin ! ).
Et si l’on n’est jamais vraiment déçu, on n’est jamais surpris non plus. Comme un feuilleton dont on connaît les personnages et l’histoire, mais dans lequel on se replonge avec plaisir, savourant par avance une ambiance particulière que l’on retrouve identique à chaque fois.

Alors bien sur il y a quelques variations d’un album à l’autre : un peu plus de synthé par ici, des influences orientales par là. Mais pas de remise en cause profonde du concept. Mais après tout pourquoi pas ? Blackmore n’a plus rien à prouver et si il s’amuse comme ça et que son public le suit, il aurait tort de s’en priver.

Voici donc le 5e album studio de notre couple de baladins romantiques. La recette est désormais connue : mélodies accrocheuses plus ou moins médiévales, chant féminin sucré, arrangements mêlant subtilement guitare acoustique et électrique aux sons caractéristiques, et de nombreux instruments acoustiques. Et le tout fonctionne très bien, il faut l’avouer.
Comme d’habitude, une prédominance de ballades assez calmes, interrompues de temps à autres par un morceau plus rythmé. Et un ou deux instrumentaux permettant quand même au guitariste de s’exprimer plus efficacement. A noter également une reprise amusante de Child in Time.
L’ambiance est toujours au romantisme gentillet, loin du moyen-age sauvage et bruyant (plus réaliste ?) de «Burzum». On évolue plutôt dans une renaissance idéalisée, pas très éloignée de Disneyland…

Rien de révolutionnaire, donc. Dans un pays normal, ça passerait très facilement à la radio. Dans notre terre de France musicalement sous-développée, pas besoin : on se contente du dernier clone de Bénabar ou de Chimène Paddy. Aucune radio ne prendra le risque de passer Blackmore’sNight. Des fois que notre ménagère de moins de 50 ans fasse une attaque cardiaque en entendant 3 notes de vielle à roue…

L’histoire va donc se répéter : les fans achèteront l’album, et ne seront ni surpris ni déçus, et le grand public n’entendra jamais parler de Blackmore’sNight.

Pour finir, précisons que l’objet se présente en deux versions. La version « collector » double digipack contient un deuxième CD présentant deux morceaux inédits et dispensables, une interview en anglais du couple, et une présentation du DVD live. Rien de transcendant. On peut se contenter de l’album simple. (Si ce n’est qu’on trouve le collector sur e-bay pour moins cher que le simple dans les crémeries françaises).

 

Note Générale : 7,5 / 10
Production : 6 / 6 - Cover : 5 / 6 - Composition : 5 / 6


Site officiel du groupe
Page Myspace du groupe
Article sur wikipedia 

Partager cet article

Repost 0

commentaires